Black PWR

Dans la peau d’une jeune femme noire qui a su dire non

Facebookpinterestrssyoutubeinstagram

Coucou les noisettes,

La semaine dernière, j’introduisais la présentation de cette rubrique et vous renvoyais déjà à ce petit rendez-vous. Je trépigne d’impatience de savoir enfin comment vous accueillerez ce format d’article.

Dans la peau d’une jeune femme noire qui a su dire non…

L’histoire commence aux États-Unis. Nous sommes à une époque où la vie noire n’a pas la même valeur que celle des blancs.

Afin de bien le mettre en valeur, nous vivons dans un monde où tout est divisé. D’un côté les blancs et de l’autre les noirs.

Plus tard, le mot ségrégation viendra englober ce phénomène. Il y a d’un côté les toilettes pour les blancs, de l’autre ceux pour les noirs. Il y a les distributeurs d’eau pour les noirs et ceux pour les blancs. Un peu comme si le simple fait d’avoir un objet commun était un crime ou pouvait apporter une maladie.

À cette période vit une jeune femme afro-américaine américaine originaire d’Alabama.

L’histoire nous emmène un certain 1er décembre 1955 à Montgomery. Elle prend tranquillement son bus comme des millions de personnes. Comme vous l’aurez compris, à cette époque, elle doit s’installer dans la partie du bus réservée aux noirs.

Ce jour là, elle n’a pas respecté les consignes et s’est installée dans la partie réservée aux blancs.

Ce jour là, on lui demandera de céder sa place à un autre voyageur. Ce à quoi elle répondra « non mon gars je ne bougerai pas ». Elle sera par la suite arrêtée par la police. On lui demandera même de payer une amende de 15 dollars le 5 décembre. Elle fera appel.

Notons qu’on lui demandera de payer une amende pour une place non respectée.

Suite à son histoire, un jeune pasteur dont je tairai le nom car ce sera probablement la suite de l’histoire. Ce pasteur âgé alors de 26 ans, lancera une campagne de protestation et de boycott de la compagnie de bus en question. Cette campagne durera exactement 380 jours. C’est alors que la Cour suprême des Etats-Unis décidé le 13 novembre 1956 d’abolir les lois ségrégationnistes dans les bus, en les déclarant anticonstitutionnelles.

Evidemment elle n’a pas dit les mots que j’ai employé enfin nous ne le savons pas. Cette femme est pour moi un modèle.

Avez-vous deviné de qui il s’agit?

Cette chronique vous a t-elle plu? Souhaitez-vous une suite?

Facebookpinterestrssyoutubeinstagram

About Flow

Floriane, Blogueuse depuis environ 5 ans J'ai été  piquée par le virus du voyage j’ai enfin vaincu ma timidité afin de partager avec vous mes voyages. Vous trouverez sous forme d’article mais aussi de vidéo sur ma chaîne YouTube mes escapades c’est à vous de choisir le format qui vous convient. 120 pays c’est le nombre que je vise /   20 pays visités 
View all posts by Flow →

6 thoughts on “Dans la peau d’une jeune femme noire qui a su dire non

  1. Rosa Parks ?!

    Très bel article, c’est important de profiter de la blogo pour partager des messages engagés et forts. Malheureusement, ceux ci ont moins de visibilité que la beauté ou les looks, mais sont si importants !

    1. Oh merci pour ce joli commentaire.
      C’est marrant car hier je me disais que la vie serait plus facile si j’étais une blogueuse mode mais bon ce n’est pas ce qui m’anime.
      J’espère que ce que je fais compte et aide un peu.

      Ps: il s’agit bien de Rosa Parks

  2. Dès les premières lignes de ton article, j’ai su que tu parlais de Rosa Parks ! J’aime beaucoup ce format et j’ai vraiment hâte de découvrir de nouvelles personnalités Afro !

    Bisous

    1. Merci Juliette ça me fait plaisir
      Pour commencer je ne voulais pas choisir une personnalité trop difficile et puis il faut dire que Rosa Parks a marqué l’histoire!
      Bisous

  3. Beaucoup de sensibilité dans ce nouveau format pour parler d’un morceau d’histoire qui fait mal autant même de nos jours.
    Comme quoi on peut toujours dire non quand on y croit et s’y tenir avec ténacité.
    La suite, la suite …. avec tes mots surtout !
    Bravo !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *